+33 6 27 34 90 64

Coaching Dirigeant et Manager, Praticien en Psychothérapie, Hypnothérapeute, Sophrologue, enfants, ados, adultes, familles.

Praticien en psychothérapie psychanalyse à Seilh, près de Blagnac

Praticienne en psychothérapie

Dans le cadre de ma pratique je me fais superviser continuellement par un professionnel de santé, psychiatre et psychanalyste aguerri. Cette démarche garantie ma volonté d'approfondir une réflexion autant sur des aspects d'analyse clinique que sur ma posture professionnelle.

Afin d'apporter et vous permettre un éclairage en conscience quant à mon métier et celui de mes pairs, il me paraît utile de vous faire partager certaines définitions, comme suit : 

Qui est qui et qui fait quoi ?

Les psychiatres et psychologues sont issus de formation universitaire : faculté de médecine pour les premiers et de psychologie pour les seconds. Ils sont lauréats d’un diplôme d’État et leur profession est dite « réglementée » car elle peut faire l’objet de contrôles.

 

Le psychiatre

Les psychiatres sont des médecins et, de ce fait, les seuls autorisés à prescrire des médicaments (antidépresseurs ou anxiolytiques). Ils sont également habilités à poser un diagnostic médical, à détecter et à prendre en charge des pathologies psychiques, comme par exemple la schizophrénie ou le trouble bipolaire.

 

Le psychologue

Les psychologues ne posent pas de diagnostic médical, mais ils peuvent réaliser des tests d’évaluation du comportement, qui permettent par exemple de détecter un TDA-H (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou un HPI/HPE (haut potentiel intellectuel ou émotionnel). Certains psychologues ou psychiatres pratiquent la psychothérapie, mais pas tous.

 

Quelle différence entre Psychopraticien et psychothérapeute ?

En plus simple, on pourrait dire qu'une définition du psychopraticien, c'est un peu comme un psychothérapeute, mais qui n'a pas de formation de psychologue, de médecin ou de master de psychanalyse (il n'a appris que la partie thérapeutique) et ne dispose donc pas du titre réservé de psychothérapeute

 

Le psychopraticien

Les psychopraticiens sont issus d’écoles privées. Ils y apprennent des outils de psychothérapie reconnus. Les méthodes sont nombreuses et varient d’un praticien à l’autre : thérapie cognitive et comportementale (TCC), hypnose, gestalt, art-thérapie, somatothérapie… Les psychopraticiens sont qualifiés à la fin de leur cursus par une certification qui atteste de leur formation. Leur profession est dite « non-réglementée », c’est-à-dire qu’il n’y a pas de contrôle sur l’installation de leur activité. Le psychopraticien est formé à la psychopathologie, ce qui lui permet de reconnaître une maladie psychique. Il ne peut pas légalement poser de diagnostic, mais il est en capacité de réorienter vers un professionnel plus adapté si la personne n’entre pas dans son champ d’action et relève de la psychiatrie.

 

Et la psychanalyse ?

Ces trois professionnels peuvent en complément exercer en tant que psychanalyste. Pour cela, pas de diplôme à proprement parler. La seule condition est d’avoir soi-même suivi et terminé une psychanalyse complète, ce qui peut prendre jusqu’à plusieurs années. Il est alors possible d’accompagner des personnes dans l’analyse psychique détaillée de leur histoire de vie, en revisitant les évènements et émotions de leur passé pour établir des liens avec leurs comportements présents.

 

Un praticien en psychothérapie

Le psychopraticien accompagne des personnes traversant des difficultés psychiques passagères ou chroniques. Au quotidien, il exerce la psychothérapie avec les personnes qui viennent le consulter.

En pratique, le psychopraticien commence par écouter la demande d’accompagnement. Il peut s’agir d’un motif très précis (deuil, addiction, phobie, traumatisme récent…) ou d’un sentiment plus diffus de mal-être, que la personne aura du mal à démêler.

En fonction de sa ou ses spécialité(s), il propose ensuite une stratégie pour aller vers le mieux-être. Cet accompagnement se base sur des entretiens réguliers. Sa durée globale varie d’une approche à l’autre. Certaines approches dites « brèves » comme les TCC ou l’hypnose permettent de défaire des comportements néfastes. D’autres sont plus longues et vont creuser dans l’histoire de vie passée de la personne. Elles visent alors à modifier des traits de caractère plus profondément ancrés et à libérer des émotions enfouies.

Au fil des séances, le psychopraticien aide à mettre en lumière les schémas inconscients qui dirigent la personne, afin qu’elle puisse s’en détacher. Les psychopraticiens participent de manière active durant les consultations. Ils amènent des pistes de réflexion sur soi ou des notions pédagogiques de psychologie, qui aident les personnes à mieux comprendre leur propre fonctionnement.

Une relation d’aide qui répare

Si les méthodes employées ont leur importance, c’est la relation entre le consultant et son praticien qui va réellement faire la différence et qui permettra de dépasser les difficultés.

On estime que l’efficacité d’un accompagnement est liée aux outils pour seulement 30 %. Les 70 % restants sont attribués à la relation en elle-même. En psychologie, on parle d’« alliance  ».

Il s’agit à la fois d’un engagement mutuel entre le praticien et le consultant, et d’un espace où ce dernier peut faire l’expérience d’une très grande intimité relationnelle. En effet, le praticien est souvent le récipiendaire d’aveux faits nulle part ailleurs.

En ce sens, l’accompagnement montre qu’il est possible de se dévoiler totalement tout en étant accueilli et accepté. Il arrive ainsi que quelques séances suffisent pour aller mieux : parler de ses souffrances en se sentant réellement entendu libère et soulage. Un des rôles du psychopraticien sera donc notamment de créer, par sa posture, un climat de sécurité favorisant la communication.

Cette relation étant le socle d’un accompagnement réussi, il est primordial de se sentir en confiance avec son praticien.

 

Source Médoucine

 

JACQUELINE MONTAGNINI À Blagnac

Coachresilience

1 Chemin Roye
31840 SEILH
Prise de rendez vous : Perfactive

Les Lundi et Vendredi de 8h à 20h

Les Mardi et Jeudi de 9h à 20h

Le Mercredi de 9h à 21h

Le Samedi de 9h à 19h

DERNIER TÉMOIGNAGE

"traumatisme suite à un accident de moto"

Par Paule Béatrice

Bonjour Suite à une phobie peur en voiture passages des ponts virages ma vie de camping cariste c est vue très affecté et affecté mon mari aussi. Depuis une séance d hypnose chez me Montagnini Jacqueline j' ai eu de très bon résultat je ne hurle plus quand on dépasse un camion ou dans les virages. Je souffrais depuis des années suite a un accident de moto je voudrais vous remercier de tout cœur merci d avoir était a mon écoute merci encore. Je vous recommande Me Montagnini Jacqueline.

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.